Compte-rendu

Me & My Idols Online

La rentrée des conventions à Versailles !

Alors que Versailles est terminée depuis maintenant deux ans, la série continue de rassembler de plus en plus de fans de tous pays. Pour une cinquième convention, Neverland Adventure a mis au point la Me & My Idols Online avec une guestlist à en couper le souffle. Alors que l’on pouvait retrouver le trio traditionnel Alexander Vlahos (Philippe), Evan Williams (Chevalier) et Tygh Runyan (Fabien Marchal), nous avions aussi la chance d’accueillir des inédits et pas des moindres. Stuart Bowman (Alexandre Bontemps) ainsi que le seul et unique George Blagden (Louis XIV) étaient à nos côtés pour vivre cette expérience hors du commun.

Préparez votre machine à remonter dans le temps, nous embarquons pour l’époque de Versailles !

Samedi : 11h00

Notre journée débute par une activité inédite au sein des conventions virtuelles : les meetings fans. Effectivement, depuis la crise sanitaire, les conventions réelles ne peuvent plus avoir lieu. Les événements en ligne permettent de pallier à cela, au détriment toutefois du contact humain. Afin de créer du lien, Neverland Adventure a décidé d’organiser des meetings uniquement entre fans, gratuits, afin d’échanger autour d’une seule et même passion : Versailles. Nous avons eu la chance d’assister à la session matinale entre fans français, une autre ayant lieu le soir pour les personnes étrangères et parlant anglais.

Le meeting se passe donc sur Zoom et est animé par deux bénévoles de l’association : Marion et Louise. Vous les connaissez sans doute déjà si vous avez fait un événement chez Neverland puisque ces deux jeunes femmes sont aussi en charge de la plateforme Discord sur laquelle les fans discutent en parallèle. Elles se chargent de nous accueillir et très rapidement la conversation se fait facilement puisque les fans se connaissent pour la plupart entre elles. « On sort de la douche, désolées… », s’exclame une fan tandis que Marion répond que le but est de se réveiller toutes ensemble. Alors que certaines en profitent pour prendre leur petit-déjeuner, les sujets de conversation s’enchaînent à commencer par la convention en elle-même, les jeux qui auront lieu aujourd’hui, les études respectives de chacune et les séries bien évidemment. Certaines participantes sont des habituées de Neverland et l’une d’entre elles explique être là depuis le Me & My Idols Lockdown : « J’ai toujours pas changé ma photo et mon nom sur Discord depuis la toute première convention virtuelle… ». Les échanges se font donc dans la bonne humeur, de quoi donner de l’énergie positive pour entamer cette journée. Petite surprise en fin de meeting lorsqu’une tombola est organisée. En effet chaque fan participe en donnant le nom d’un personnage et les personnes tirées au sort remportent des vidéos personnalisées ou des meetings. De notre côté nous nous éclipsons pour aller participer au Meeting Jeu organisé avec George Blagden.

Crédit : Neverland Adventure

Neverland Adventure organise des conventions Versailles depuis 2018 et c’est la première fois que George Blagden, le Roi en personne, nous fait l’honneur de sa présence. Les fans sont donc bien évidemment au rendez-vous pour faire la rencontre de l’acteur britannique. Sa journée démarre alors par le Meeting Jeu qui consiste à faire un quiz sur Versailles avec les fans de la série. Ces activités sont l’une des vraies valeurs ajoutées de l’association qui se revendique conviviale. De notre côté, nous devons avouer que c’est l’un de nos gros coups de cœur à chaque convention en ligne ! Le quiz se déroule donc sur l’application Kahoot où vingt questions sont posées sur les citations dans la série. Le jeu consiste à retrouver qui a dit quoi, à qui etc., en quelques secondes. George avoue dès le début être quelqu’un de compétitif et se prépare donc très sérieusement pour cette partie. Les questions démarrent et très vite le niveau est annoncé. En effet, Neverland a mis la barre haute en préparant ce jeu. Il faut donc creuser dans nos plus vieux souvenirs pour se remémorer les scènes cultes de la série. Les fans se montrent impressionnants ce qui donne du fil à retordre à notre invité. Après un rythme effréné, c’est finalement Daria, l’une des fans de la première heure, qui remporte avec 18 bonnes réponses sur 20. George se place en deuxième position ce qui le ravit tout particulièrement. Il nous avoue d’ailleurs que ce jeu lui a donné envie de regarder la série !

La partie étant terminée, les bénévoles proposent aux fans de poser quelques questions à l’acteur. Nous sommes très vite plongés dans une forte émotion lorsque George aborde le fait qu’il va devenir père dans environ un mois. Il nous dit en plaisantant qu’il ne compte pas l’appeler Louis, mais peut-être Fabien en référence au personnage de Tygh Runyan. Il possèderait bien évidemment un fort accent écossais ! Après une bonne dose d’humour, le sujet devient plus sérieux lorsque George demande aux fans comment ils ont géré ou gèrent encore leur confinement. La plupart des fans présents habitent l’Allemagne et n’ont donc pas le même ressenti puisqu’ils n’ont pas eu un réel confinement. L’acteur britannique raconte alors une anecdote sur ses vacances durant l’été. Il s’est rendu en Suisse et y a dormi deux nuits. Là-bas il avait l’impression que la COVID-19 n’existait pas !

De son côté, ses projets sont en quelque sorte à l’arrêt étant donné les circonstances subies depuis l’arrivée du virus. Il est censé partir tourner dans quelques semaines et espère que cela sera maintenu. En attendant, il remercie les fans pour leur positivité car cela lui fait beaucoup de bien. C’est donc sur cette note d’espoir et d’optimisme que se conclut notre première activité de la journée.

En parallèle des rencontres avec les acteurs, les fans de Versailles échangent ensemble sur Discord, le forum officiel de la Me & My Idols Online. Marion et Louise sont à nouveau là, comme plus tôt dans la matinée, pour répondre à toutes les questions. C’est également elles qui sont en charge des animations. En parlant de cela, la tension commence à monter à l’approche du début du Pictionnary ! Les participants sont plus que prêts pour entamer cette nouvelle activité, d’autant plus qu’ils se connaissent pour la plupart depuis la première convention en ligne. Une vraie famille s’est créée autour de la série royale et ce grâce à Neverland.

16h20

Nous sommes au milieu de l’après-midi lorsque Alexander Vlahos, l’interprète de Philippe d’Orléans, apparaît à l’écran. Le sourire aux lèvres comme à son habitude, il salue tout le monde et invite chacun à exprimer librement ses questions dans le chat.

Alors que l’industrie télévisuelle traverse une période compliquée, un fan lui demande ce qu’il en est de ses futurs projets. Il nous explique se rendre dans deux semaines au Portugal pour le tournage d’un film initialement prévu en avril. Après avoir été reporté plusieurs fois, Alex espère que cette fois-ci ce sera possible de s’y rendre. Cela semble plutôt en bonne voie puisqu’il a reçu son contrat et les instructions spéciales COVID pour effectuer par exemple son test. Il y sera pour cinq semaines de tournage, notamment certaines prévues sur un bateau, ce qu’il trouve absolument génial ! Pour le grand bonheur des fans de Versailles, Jessica Clark, « Ma magnifique Princesse Palatine » comme aime l’appeler Alex, fait aussi partie du casting. Pour les plus curieux qui aimeraient déjà s’intéresser au synopsis il s’agit du film After The Rain, initialement un roman, et qui a déjà été adapté au théâtre.

L’acteur se montre bavard et nous dévoile une autre exclusivité concernant ses projets à venir. Effectivement, après avoir réalisé son premier court-métrage Lola, une grande avant-première aura lieu en ligne sur Zoom. Prenez vos agendas, cette dernière aura lieu le dimanche 18 octobre. Il suffira de s’inscrire pour recevoir son invitation VIP et ainsi participer au tapis rouge virtuel. Anna Brewster (Madame de Montpespan) sera elle aussi présente pour un panel puisqu’elle figure notamment au sein du projet. Alex prévoit d’ores et déjà de diffuser sa première œuvre lors de festivals tels que celui de Liverpool ou bien lors des British Independent Film Awards, cérémonie qui récompense les films indépendants britanniques. Nous lui souhaitons le meilleur !

D’ici là, le jeune homme ne compte pas se reposer de si tôt et prépare déjà un nouveau tournage début décembre. Comme le dit l’expression, on ne change pas une équipe qui gagne. Nicole Oebel, l’une des productrices exécutives sur Lola sera une nouvelle fois à la tête de ce nouveau court-métrage. La réalisation se déroulera à Londres et le rôle principal sera tenu par le seul et unique Ed Westwick, l’interprète de Chuck Bass dans la série Gossip Girl. Alex a particulièrement hâte d’y être et s’exclame en disant « C’est mon année ! ».

Pour clore le sujet des nouveaux projets, car ô oui Alex en a en réserve, il nous parle d’une offre qui lui a été faite deux semaines auparavant. Pour lui ce sera un beau challenge car cela inclut de jouer et de réaliser avec des fonds verts, chose qu’il n’a encore jamais faite. C’est donc quelque peu terrifiant selon lui, car pendant le tournage il est difficile de se rendre compte du résultat final une fois les effets visuels ajoutés.

Le prochain thème abordé est celui de Versailles et notamment des conventions. Il lui est alors demandé quel serait son meilleur souvenir parmi les divers événements parisiens. Après quelques secondes de réflexion, la réponse lui parait alors évidente. Lors de la Me & My Idols 2, son collègue et ami Evan Williams performait sur scène pour clôturer en beauté la journée. Ce dernier a alors demandé à Alex s’il serait d’accord pour l’introduire au concert. Bien qu’il ait été nerveux car il n’avait pas du tout anticipé la demande d’Evan, il accepta et s’en sortit à merveille : « J’ai été sincère pour une fois, c’est rare ». Les louanges ne manquent pas envers son ami qu’il qualifie d’inspirant. Il est fier de tous ses proches mais Evan est en haut de la liste. Que ce soit ses revendications sur Instagram ou bien sa passion pour la musique, Alex l’encourage à chaque fois.

Nous terminerons ce meeting par un aspect plus personnel, en l’occurrence le mariage d’Alex et Julie, sa compagne. Les fans demandent quand est-ce qu’il aura lieu et l’acteur se met alors à compter sur ses doigts. Normalement cela prendra place dans deux ans, plus précisément au printemps 2022. Julie est à moitié française il y a donc de fortes chances que l’événement ait lieu dans notre beau pays. « J’ai contacté Versailles mais ils ne semblent pas vouloir me laisser les clés… Vous ne vous rappelez pas de moi voyons ? » , s’exclame le britannique ce qui fait rire tout le monde. Pour le moment le lieu exact n’est pas encore défini, mais ce qui est certain c’est que Julie a d’ores et déjà acheté des livres de planification de mariage ce qui fait évidemment sourire Alex. La dernière révélation fait fondre les cœurs de toutes les personnes présentes lorsque l’on apprend qu’Evan sera son témoin. Alex ajoute « Il a dit oui parce que Julie lui l’a demandé » puis ajoute plus sérieusement qu’il l’a appelé en Facetime et qu’il a immédiatement dit oui. Bien qu’Alex soit généralement à faire le pitre, nous sentons que ce moment l’a beaucoup touché.

C’est la fin du meeting groupe d’Alex, et on prend directement la direction du premier panel de la journée.

17h00

Après plusieurs heures de conventions déjà bien remplies, l’heure du premier panel du jour arrive, nous faisant prolonger de la façon la plus agréable possible cette journée virtuellement royale ! Évidemment, le Roi Soleil en personne est l’élément essentiel pour entamer le jeu des questions/réponses, et le pétillant George Blagden rejoint donc tout naturellement ses fans pour sa première convention française. À ses côtés, le charismatique Stuart Bowman (Alexandre Bontemps) rejoint la partie avec un plaisir non dissimulé.

La première question vise à connaître quelle saison de Versailles ont préféré les deux acteurs. Stuart répond sans hésitation que la saison une était de loin sa favorite. En effet, c’était à ce moment qu’il découvrait Paris et tout ce que pouvait impliquer la série historique. De plus, c’était le moment où l’écriture du scénario était selon lui à son apogée, et les comédiens étaient tous extrêmement impliqués, ce qui lui plaisait énormément. George acquiesce en ce sens et ajoute que la première saison d’une série a cette particularité d’avoir un rendu à l’écran encore totalement inconnu, ce qui pousse les acteurs à créer ensemble l’univers du show. C’est une expérience unique qu’aucune autre saison ne peut leur offrir. L’interprète de Louis XIV raconte ensuite que cette première saison a été tournée pendant environ trois mois, un assez long laps de temps qui a ainsi rendu ce tournage « fou et intense ».

Stuart s’exclame alors qu’il est toujours merveilleux de se replonger dans ces souvenirs même trois ans après la fin de Versailles. Le matin avant la convention, son fils de neuf ans lui demandait justement en quoi consistait le programme de sa journée, et il lui disait qu’il allait voir les fans d’une série commencée cinq ans auparavant. Son fils lui a répondu que c’était quelque chose de génial, et Stuart n’a pu que lui donner raison !

La prochaine question s’intéresse à la scène de la série ayant représenté le plus gros challenge pour les deux hommes. « Mince, j’aurais dû y réfléchir à l’avance ! » se désole George spontanément, avant de se mettre à rire. Il pense tout de même à une scène dans la salle des portraits dans laquelle il donne la réplique à Stuart. Même si la scène l’a marquée, il ne parvient pas à se remémorer des détails et les deux acteurs se remuent les méninges pour tenter de raviver leurs souvenirs. Stuart cite alors un moment durant lequel George et lui devaient passer une nouvelle audition ensemble pour s’assurer que leur complicité était toujours là. À peine commencée, la bonne entente était telle que Stuart s’est rassuré et a pensé avec soulagement : « bon, ok, tout va bien ! ».

Un autre souvenir vient à l’esprit de George qui partage ses premiers jours de tournage à la maison Lafitte. Là-bas, il devait faire face à un portrait de Louis XIV et ce détail l’a obnubilé, à tel point que chaque coup d’œil vers l’œuvre lui donnait l’impression qu’il n’était pas à la hauteur pour camper un tel personnage. Quand il en a fait part aux producteurs, ceux-ci étaient interloqués, et Stuart va en leur sens en s’exclamant que George dit n’importe quoi. Mais, ses quatorze ans dans le métier lui ont fait comprendre que ces genres de doutes faisaient partie du processus, et rassurent d’une certaine façon George.

Un fan questionne ensuite George sur ses ressentis et états d’esprit concernant le fait d’être passé du rôle d’Athelstan dans Vikings à celui de Louis XIV dans Versailles. Le jeune homme plaisante en disant qu’il lui suffisait de mettre une moustache et qu’il n’avait rien fallu de plus ! « C’est juste du mental, vraiment », répond-il finalement avec un peu plus de sérieux, en précisant qu’il travaille bien mieux sous la pression. Par ailleurs, tout s’est enchaîné très vite puisqu’il a appris qu’il tournerait dans Versailles seulement six semaines avant le début de la première saison. Ainsi, il n’a eu d’autre choix que de se fier à son instinct et aux conseils des directeurs.

Grand bavard, George s’interrompt soudainement en redemandant : « quelle était la question, déjà ? » et provoque l’hilarité collective. Stuart prend donc le relai en racontant que George avait seulement trois jours de transition entre son rôle de viking et celui de roi, mais que son collègue savait jongler entre ces deux personnages différents avec brio. De plus, il déclare que jouer des personnages aussi riches est une chance pour les comédiens, et qu’il faut donc en tirer bénéfice et s’inspirer d’un rôle à l’autre.

Après une question dédiée à George, c’est au tour de Stuart d’être sous le feu des projecteurs. Un fan demande comment l’interprète de Bontemps définirait la relation de son personnage avec Louis XIV. La question se réfère principalement à une scène où Bonchamps dit au roi : « tu es ma maison », ce qui fait beaucoup cogiter Stuart qui cherche à se rappeler de l’intégralité de cette scène. A force de réfléchir, il en oublie à son tour la question ! Finalement, Stuart déclare que selon lui, les deux personnages sont sans l’ombre d’un doute de vrais amis. George rebondit un peu sur le sujet pour lui donner raison, et Stuart le charrie en lui rappelant que c’était sa question et qu’il empiète sur son terrain !

Pour pallier les chamailleries, la prochaine interrogation concerne les deux comédiens. Le public cherche à savoir si les costumes aident beaucoup à la préparation des rôles ou s’ils seraient capables de jouer un roi en baskets sans que leur jeu d’acteur en pâtisse. Cette dernière image fait beaucoup rire Stuart, qui adorerait voir Louis XIV avec une telle tenue !

« Les costumes aident beaucoup », admet George, précisant qu’ils font partie d’un processus de création du personnage où chaque étape a sa place. Stuart ajoute que certains éléments, notamment le maquillage, permettent d’entrer dans un autre monde aidant la transition entre l’acteur contemporain et la figure fictive historique. Cependant, il déclare que les vraies clés sont l’entente entre les comédiens et la compréhension psychologique du texte. Le travail de répétition est aussi primordial pour Stuart comme pour George, qui explique qu’il vient justement de passer une audition en ligne dans laquelle il devait apprendre douze pages en 24 heures ! Il a donc révisé avec sa femme et s’est rendu compte de l’importance du processus de préparation. Après son anecdote, George redemande quelle était la question, provoquant un nouveau rire général face à ce running gag involontaire.

La question suivante montre que les acteurs de Versailles sont un modèle d’honnêteté envers leurs fans. Ceux-ci leur demandent leur avis sur l’évolution de leurs personnages, et Stuart ne cache pas qu’il juge que la saison trois est plutôt mal écrite. Même s’il admet qu’il trouve la progression de Bontemps assez drôle en quelques sortes, il avoue que son destin n’était pas celui qu’il voulait et qu’il ne l’aurait pas écrit de cette façon.

George pense que le majeur problème est qu’il y a beaucoup de personnages et qu’il faut savoir parfaitement maîtriser l’écriture pour leur donner un rôle dans l’histoire et une évolution aussi satisfaisante que cohérente. Évidemment, plus il y a de personnages et plus cette gymnastique devient complexe, d’autant plus que différents scénaristes se relayaient et qu’ils n’avaient donc naturellement pas tous la même vision des personnages. Stuart conclut en relativisant car tous les acteurs ont été à la hauteur jusqu’au dernier épisode, et qu’il est en fin de compte impossible que chaque spectateur soit satisfait par l’évolution de son personnage favori. Les fans ne peuvent d’ailleurs qu’être d’accord avec cette dernière pensée, victimes plus d’une fois des dures lois des séries !

Le panel suit son cours dans la bonne humeur communicative. La question suivante concerne le contenu d’une hypothétique saison quatre. Avant d’y répondre, les deux acteurs cherchent à se rappeler de la fin de la saison trois, puis se rendent compte qu’ils n’en ont plus aucun souvenir ! George dit qu’à ce moment, ils essayaient vraiment d’achever la série à tout prix. « Tout s’est enchaîné très vite, et puis, boum ! c’était la Révolution Française », résume-t-il.  

En se remémorant cette fin, Stuart déclare qu’il aimerait beaucoup reprendre tous les acteurs, transposer les évènements 100 ans plus tard, et attribuer à tous un nouveau personnage. « George serait Robespierre et je serais Danton » s’exclame-t-il, transporté par son imagination. George semble conquis par cette idée et confie qu’il est friand des séries dans lesquelles les acteurs reviennent chaque saison dans un nouveau rôle. Les deux amis s’emportent alors dans leur projet et Stuart veut insérer des personnages des Misérables, puis qu’ils se retrouvent tous à Broadway en 2022 !

Cette référence à Broadway semble inspirer les fans qui leur demandent leurs artistes musicaux préférés. Evidemment, George répond : « ma femme ! ». Stuart raconte alors qu’il l’a justement vue à un spectacle avant le confinement et qu’il la trouve très douée. Puis, il partage un souvenir de ses douze ans lorsqu’il a vu AC/DC avec son père en concert. Le lendemain, il les a rencontrés devant leur hôtel et ils se sont mis à jouer pour les fans présents. Cette anecdote est d’autant plus gorgée d’émotion puisqu’à peine deux semaines plus tard, un des chanteurs était retrouvé décédé.

Retour à Versailles pour le public qui leur demande si la série leur a donné envie d’en apprendre davantage sur l’Histoire française. « Probablement que oui », répond George, qui en a tout de même beaucoup appris grâce au spécialiste présent sur le tournage qui les instruisait sur le sujet. Stuart, quant à lui, a lu quelques livres, mais cela ne lui a pas permis de mieux comprendre son personnage pour autant. Il aimerait néanmoins en apprendre plus puisque la France est un grand pays très différent de là où il vient et probablement très différent à gouverner, donc très intéressant de connaître. George rebondit sur le descriptif de l’hexagone en s’exclamant que c’est un pays magnifique, un endroit rêvé qui lui permet de toujours passer de bons moments.

C’est malheureusement déjà le moment de la dernière question. Un fan demande quel autre personnage les deux hommes auraient aimé interpréter. Sans hésitation, George répond que ce serait Bontemps, puis se justifie immédiatement en affirmant qu’il le disait déjà avant et que ça n’a rien à voir avec la présence de Stuart ! « Arrêtez de me regarder comme ça », poursuit-il en riant, et complète son propos en disant qu’il est très complexe de réussir à jouer sans recourir aux mots et que c’est un défi qui lui plairait. Stuart rebondit là-dessus en expliquant qu’un tel rôle nécessite d’apprendre le script des autres pour bien comprendre les scènes et enjeux. Puis, il en vient une fois de plus à demander quelle était la question !

Le temps imparti est écoulé et les acteurs sont déçus de devoir cesser le jeu des questions/réponses. Avant qu’ils ne partent, un fan demande à Stuart de dire : « a king » comme le fait Bontemps, et l’acteur s’exécute. Emerveillé devant la scène, George lui dit que c’est incroyable et qu’il a absolument besoin que cette séquence devienne sa sonnerie de téléphone ! Jusqu’au bout, les deux acteurs très complices font rire les fans et instaurent un climat chaleureux. Finalement, ils saluent leur public et les remercient, puis partent poursuivre cette journée qui garantit encore beaucoup de péripéties !

18h15

Une fois le panel clôturé, nous retrouvons à nouveau George qui continue de séduire de plus en plus les fans de Versailles. En effet, il semblerait que sa première participation à la Me & My Idols Online soit un franc succès pour l’acteur. Il salue les personnes présentes en leur demandant comment elles vont puis en profite pour dire qu’il reconnaît déjà certains visages ce qui le touche véritablement. Il voit aussi des nouveaux et a hâte de faire leur connaissance. Se lance alors les questions !

La première fan qui intervient dit que c’est un honneur de rencontrer le Roi Louis XIV en personne. Elle lui demande alors ce que l’on ressent quand on joue un tel rôle. George nous confie que c’est probablement le plus gros challenge de sa vie et que cela le restera pour un très long moment. Ce fut un personnage très prenant, qu’il l’a presque même submergé. Il était seulement âgé de 24 ans lorsqu’il a décroché le rôle. Selon lui, il n’était peut-être pas prêt à accepter un aussi gros projet. Tourner à Versailles lui a notamment demandé un gros travail sur l’architecture du lieu, la manière dont il avait été bâti et sur certains détails qui faisaient écho à une relation tumultueuse entre Louis XIV et son père. Il devait tout prendre en compte pour cerner au mieux son personnage. Il a donc lu des rapports rédigés par des psychologues sur le château en lui-même ce qui fut très instructif.

Changement d’horizon lorsqu’une nouvelle fan prend la parole. Nous partons plus au nord pour aborder l’un des autres projets phares de George : la série Vikings. Il nous parle notamment de Travis Fimmel, l’interprète du fameux Ragnar, dont il est proche. Ils ne se sont pas vus depuis plusieurs années mais George doute qu’il ait beaucoup changé. Au cours du tournage de la série en Irlande, Travis habitait dans une cabane au milieu des bois. Au premier abord il pouvait paraître quelque peu étrange mais il suffisait d’aller vers lui pour apprendre à le connaître. Il a grandi dans une ferme en Australie, s’est rendu à Los Angeles à l’âge de 16 ans où il a vraiment connu le monde urbain. Il s’est fait repéré par Calvin Klein et s’est lancé dans un premier temps dans une carrière de mannequin puis est devenu acteur. C’est un parcours plus qu’admirable selon George, surtout lorsqu’on est encore adolescent. « J’étais proche de lui sans l’être réellement… Personne n’est vraiment proche de lui », comme nous l’explique le britannique. Il arrive à garder une part d’intimité qui lui est chère ce que George respecte totalement. Un parallèle avec Versailles est fait sur la notion de confiance et d’amitié. Cela était beaucoup controversé dans la série car on ne savait pas à qui se fier. Dans la vraie vie c’est plutôt semblable. Certaines personnes avec qui nous allons nouer des relations ne sont pas toujours évidentes au premier abord. Nous pensons être proche de quelqu’un et puis finalement les caractères ne correspondent pas. À l’opposé, avec d’autres personnes qu’on soupçonnerait moins cela se fait naturellement. Il ne faut donc pas se fier aux premières impressions qui nous font parfois défaut.

Les questions s’enchaînent et nous abordons à présent le côté de la réalisation. Lorsque George était seulement dans l’acting, il regardait un film et se disait « Oh c’est cool… ». À présent qu’il est de l’autre côté de la caméra il se rend compte du nombre d’heures de travail en coulisses, de tout l’aspect technique derrière une simple scène. Il voue notamment une grande admiration pour les dessins animés, les effets réalisés ainsi que le nombre d’images à la seconde nécessaires pour avoir un rendu digne de ce nom. L’ère Disney est donc selon lui époustouflante.

Comme nous l’avons appris ce matin, George sera très bientôt papa. L’une des questions qui lui est posée est donc de savoir ce qu’il apprendra à son enfant en premier. « Les problèmes peuvent être réglés avec de la gentillesse. Pas tout, mais beaucoup de choses. Sois gentil avec toi-même et envers les autres », nous répond-il. De quoi finir de la plus belle des façons ce meeting et ainsi dire au revoir à une personne très attachante que l’on espère revoir à l’avenir.

Pendant que les activités continuent de se dérouler sur Zoom, l’ambiance est au beau fixe du côté de Discord. Le jeu se place cette fois-ci sous l’emblème musical à travers un blind-test. Les fans sont tous connectés pour participer et ainsi être peut-être l’heureux gagnant d’un meeting ou encore d’une vidéo personnalisée. Cette activité est récurrente chez Neverland mais ce qui fait surtout plaisir à voir est l’attention portée envers les fans. En effet, la majorité des personnes présentes sont déjà venues aux éditions passées. Les bénévoles Marion et Louise les connaissent donc de plus en plus, ce qui inclut leur culture musicale. Afin de faire plaisir à tout le monde, elles essaient de créer les playlists en fonction des fans. On retrouve évidemment des classiques comme le générique de Versailles signé M83, ou encore du rock spécialement dédicacé pour l’une des fans présentes.

21h30

La soirée se poursuit par le deuxième panel de la journée, qui sera aussi notre dernière activité du week-end. Il s’agit cette fois-ci du panel en compagnie du trio parrainant la Me & My Idols depuis ses débuts. Alex, Evan et Tygh nous font donc l’honneur d’être une nouvelle fois ici pour rencontrer la famille Versailles. On ne perd pas de temps, les fans attendent avec impatience leurs réponses à leurs questions !

De quelle manière gèrent-ils leurs projets et surtout leur créativité ? Alex explique qu’il n’y a pas vraiment de processus, il faut plutôt saisir l’opportunité sur le moment et ne pas attendre que cela nous échappe. Evan confirme qu’il passe son temps à expérimenter ses idées. Lorsque l’inspiration lui vient, même au milieu d’une conversation, il dit qu’il doit partir pour ne pas la perdre. Actuellement il travaille avec un ami vivant au Canada, ils se connectent tous les jours en ligne et avancent sur leur projet. Parfois ils échangent pendant trois heures consécutives puis d’autres jours ils se parlent à peine car l’imagination n’est pas au rendez-vous. Il en va de même pour Tygh qui explique que des fois ça lui vient au milieu de la rue, c’est spontané et à lui de la garder précieusement en tête pour en faire quelque chose de concret. Lorsqu’il s’agit de musique par exemple, il part du principe qu’il doit s’assoir et rester concentré là-dessus. S’il est distrait il ne peut pas finir correctement son œuvre. Evan complète les dires de ses amis en disant que le confinement l’a notamment aidé à se découvrir et en apprendre plus sur sa manière de gérer sa créativité.

Toujours concernant leurs ambitions, les trois acteurs nous expliquent leur manière de différencier un projet d’un autre, ce qui va faire qu’ils y verront une valeur ajoutée par rapport à d’autres. Alex répond directement que selon lui c’est le script qui prime. C’est l’outil qu’ils vont utiliser pour auditionner et il faut que l’écriture soit bonne. C’est ce qui va éveiller leur curiosité pour après regarder le réalisateur, la compagnie de production, les autres membres du cast etc. Alex choisit l’exemple de Versailles où il avait reçu uniquement les deux premiers épisodes. Cela lui a suffit pour comprendre que ce serait une série de qualité. Pour Evan, il suit une règle de trois : l’histoire du personnage, l’équipe avec qui il va travailler et l’argent qu’il va gagner. En effet, être artiste c’est aussi réussir à pouvoir en vivre. Si deux critères sur trois sont réunis, cela signifie que le projet est intéressant. Pour Versailles, il a eu la chance que les trois aspects soient réunis ce qui est rare. Le reste du temps il se concentre en priorité sur le personnage, si l’histoire peut être un challenge pour lui. Il aime prendre des risques. La plupart du temps il auditionne pour des rôles et il n’est pas pris. Il part donc du principe que ce n’est pas lui qui choisit un rôle mais plutôt l’inverse. Tygh rejoint tout ce qui est dit précédemment et ajoute qu’il aime que le personnage lui rappelle quelque chose au fond de lui, qu’il y ait une sorte de connexion personnelle afin de pouvoir lui apporter quelque chose. Il a d’ailleurs refusé des rôles dans lesquels il aurait pris beaucoup de plaisir à tourner mais l’histoire laissait à désirer. Si la narration n’est pas de qualité, il préfère décliner gentiment l’offre qui lui est faite.

Certains rôles les attirent donc plus que d’autres. Lorsque Alex a fini ses études de théâtre, ses auditions se soldaient très souvent par le rôle de psychopathes. On lui expliquait que cela venait de son regard. Fort heureusement, cela a évolué. Ce qu’il aime le plus c’est les personnages hors du commun, qu’on pourrait qualifier d’atypique. Du côté d’Evan, « Je joue en général le rôle du beau gosse avec un cœur en or ! », nous confie-t-il. Il aime le paradoxe qu’il peut y avoir entre les deux facettes. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il aimerait jouer dans un projet qui aborderait aussi bien la comédie que le côté plus dramatique. Tygh nous dit qu’il a fini par comprendre que ses rôles de prédilections étaient les outsiders. Il aime par-dessus tout faire rire les téléspectateurs en étant un personnage sérieux, parfois même affreux. Cela rejoint donc Evan sur sa quête des contradictions.

Les trois garçons se rejoignent à dire qu’ils seraient prêts à refaire un gros projet comme Versailles à l’étranger. C’est d’ailleurs ce qu’Evan préfère car il a l’impression de participer à une colonie de vacances. Toutes les personnes présentes sur le tournage vivent ensemble, ce qui lui remémore leur époque à Paris. C’était comme un rêve de pouvoir faire leur travail tout en voyageant. Tygh se sent extrêmement reconnaissant d’avoir reçu un tel cadeau à travers la série. Il s’est par exemple rendu aux Iles Fidji pour son travail, mais Versailles reste une expérience unique. Les personnes qui l’entouraient sur le set ont participé à ce succès. Quant à Alex, le tournage l’a beaucoup épuisé et il a dû prendre du recul sur lui-même pendant un certain temps. À présent, cela fait plusieurs années que la série est finie, donc il serait ravi de recommencer un tel projet et ainsi retrouver une même camaraderie. Ils ont eu la chance de tourner dans des lieux plus somptueux les uns que les autres. Le Château de Vaux-le-Vicomte était l’endroit préféré d’Alex, tandis que Lésigny était celui de Tygh. Effectivement au cours de la première saison il tournait principalement là-bas, c’était donc devenu sa bulle d’intimité au milieu des bois. Concernant Evan, il ne se souvient plus du nom du château mais cela s’est passé lors d’un épisode de la saison 3. Le bâtiment était en flammes et ils étaient à cheval au galop. Ils n’avaient pas besoin de jouer tant les émotions étaient réelles. Elles traversaient la caméra et le rendu était sensationnel.

Une question d’actualité est cette fois-ci posée pour savoir selon eux quelle aurait été la réaction de leurs personnages s’ils avaient été confinés pour la COVID-19. « Philippe aurait été horrible, la pire personne imaginable… », répond Alex. Il aurait probablement voulu tuer tout le monde. Pour autant, avec Chevalier ils auraient pu beaucoup s’amuser. Evan rejoint l’idée en disant qu’ils auraient pu organiser des fêtes mémorables. Par contre, d’un point de vue plus négatif, ils auraient tous eu des problèmes d’odeurs… L’occasion de rendre le parfum à la mode sans doute ! Tygh imagine bien Fabien surveiller le port du masque et reprendre les personnes qui ne suivraient pas les règles. Pour autant, il n’arriverait pas à garder son calme très longtemps et partirait sans doute sur son cheval pour s’échapper et prendre un bol d’air frais.

Enfin, s’ils avaient la possibilité de réécrire un aspect de leur personnage dans Versailles, Evan aimerait aller plus en profondeur sur l’histoire de Chevalier notamment sur son histoire à la guerre. Il était considéré comme un héros donc il aimerait le voir aller au combat et ainsi coller plus à la réalité des choses. Cela permettrait de jouer sur ses émotions, la résistance puis l’explosion de tout ce qu’il ressent. Pour Alex, il est amplement satisfait de l’histoire de Philippe. Il a tout particulièrement apprécié la saison trois, mais les scénaristes auraient pu développer l’histoire de Saint Cloud. C’est l’unique détail qu’il pourrait leur suggérer. Quant à Tygh, il ne peut s’empêcher de parler de son cheval et ainsi réclamer encore plus de scènes à ses côtés ! Plus sérieusement, il pense qu’avec Louvois ils auraient pu tous deux fonder un nouveau système de sécurité, voir où tout ça les aurait mené. Evan explique que la scène de Fabien dans les bois avec l’enfant mort entre ses bras l’a beaucoup touché. Selon lui il y avait moyen de creuser plus dans la personnalité de Fabien. Tygh acquiesce et confirme que cela aurait pu aussi être un axe de développement.

C’est donc sur cette rétrospective royale que se termine le panel des garçons ainsi que notre journée de convention virtuelle !

La Me & My Idols Online, qu’est-ce que nous en pensons ?

La cinquième convention de Neverland Adventure a été marquée par une journée forte en émotions. Retrouver le cast de Versailles est toujours un plaisir, pour les fans comme pour nous. Les acteurs sont attachants, naturels et font toujours leur meilleur pour faire plaisir aux personnes présentes. Nous ne pouvons que saluer la présence d’Alex en fin de journée samedi alors qu’il est tombé malade. Bien qu’il ait demandé à reporter ses meetings individuels au lendemain (en y ajoutant même une minute supplémentaire à chaque participant), il a malgré tout assuré son panel et son meeting jeu avec Evan.

Du côté des inédits, difficile de ne pas tomber sous le charme de Stuart et George. Ils ont conquis tout le monde et ont réussi à faire rire toute l’assemblée au cours de leur panel. Une belle surprise qui nous encourage à vouloir encore plus d’inédits lors des prochains événements Versailles.

Enfin, nous terminerons par saluer l’évolution de Neverland sur ces cinq événements. Un planning bien élaboré, très peu de retard, des bénévoles à l’écoute et toujours plus d’innovation, il suffit de lire le retour des fans sur les réseaux sociaux pour voir un taux de satisfaction battant des records. L’association avait été la première à mettre en place une convention virtuelle, puis des meetings jeux et maintenant des meetings fans. Toujours à la conquête de la nouveauté, nous avons hâte de voir la suite. Des surprises seront-elles au rendez-vous lors de l’Everlasting Adventure Online dédié à The Last Kingdom ? Nous sommes pressées de le découvrir !