Compte-rendu

Clouds and Chill 6

Les affaires semblent marcher pour Clouds Con, que nous retrouvons une nouvelle fois cette semaine. Après avoir accueilli une majorité d’hommes lors des différentes Clouds and Chill, l’organisme reçoit cette semaine la talentueuse Catherine Davydzenka, principalement connue pour l’interprétation du rôle d’Hortense Rochemont dans le feuilleton francophone Ici tout commence. Retour sur une CAC mouvementée !

Samedi : 16h00

Il est seize heures pétantes lorsque nous entrons dans l’espace de meeting, où Catherine Davydzenka est déjà présente et attend impatiemment de pouvoir rencontrer ses fans. 

Informations personnelles

  • Quel est son parcours professionnel jusqu’à aujourd’hui ? Catherine a débuté au théâtre lorsqu’elle avait six ans, même si son papa l’a beaucoup impliquée dans une vie théâtrale et d’improvisation depuis qu’elle est toute petite. Elle raconte en effet que plus jeune, son père jouait beaucoup avec elle et aimait transformer sa chambre régulièrement afin qu’elle puisse incarner le personnage de son choix. Cela lui permettait de faire beaucoup d’improvisation déjà en étant petite. Elle a ensuite fait des comédies musicales car elle aimait beaucoup danser, mais malheureusement ce rêve a été avorté lorsqu’une voiture lui a roulé sur les jambes et l’a empêchée de danser pendant de nombreuses années. Elle explique qu’à l’époque, elle n’avait même pas la certitude de pouvoir remarcher un jour. Mais suite à son rétablissement, elle a donc pu reprendre le théâtre et passer des auditions, tout en intégrant le concours de médecine afin de faire plaisir à sa famille, qui ne voyait pas d’un très bon œil qu’elle souhaite être artiste. Lorsqu’elle a eu 17 ans, elle a décroché le rôle d’une escort-girl dans le film Mon bébé de Liza Azuelos, puis elle a participé à la série Le bureau des légendes avant d’être recrutée dans le rôle d’Hortense Rochemont pour Ici tout commence. Elle explique également n’avoir pas eu de déclic dans sa carrière, dans le sens où elle a toujours su qu’elle serait une artiste. La comédie et l’acting sont essentiels à sa vie. 
  • Peut-elle parler d’un challenge vécu dans sa vie, personnelle comme professionnelle ? Globalement, la jeune fille estime que son métier est un challenge à part entière : « En fait, je pense qu’essayer d’être comédienne est déjà un grand challenge en soit, parce que l’on passe par des phases où l’on est plus sûr de rien, avec personne autour de soi pour s’entendre dire qu’on en est capable. C’est beaucoup de solitude, il faut avoir les nerfs bien accrochés et avoir une grande confiance en soi. » De manière plus spécifique, Catherine raconte que lors du tournage d’un long-métrage, elle avait une scène d’intimité à faire avec un homme plus âgé qu’elle et cela s’est avéré être un grand challenge pour elle, même si la scène a été coupée au montage. « Pour autant, lorsque je suis sortie, je me suis dit « Ben ok, maintenant que tu as fait ça, tu peux tout faire » ».
  • Quels sont les films, séries et comédies musicales qu’elle préfère ? Catherine est une grande fan de Friends, car c’est une série qui se regarde facilement et qui est drôle, c’est une série qu’elle pourrait regarder des centaines de fois. Le film Gia : anatomie d’un top model réalisé par Michael Cristofer, sorti en 2001, est un film qu’elle aime beaucoup et qu’elle a vu de nombreuses fois. Enfin, sa comédie musicale préférée est Roméo et Juliette, de la haine à l’amour, de Gérard Presgurvic.
  • Dans quel genre de films aimerait-elle pouvoir tourner ? Catherine considère que tous les genres de films sont intéressants et pertinents à faire, elle aime beaucoup le drame car « les pleurs, c’est des choses qui sont super kiffantes à faire, il y a toujours une histoire à raconter ». Elle mentionne également le burlesque, « c’est une question de timing, d’intonations, d’accentuations, du temps à respecter pour que ça fonctionne, c’est un autre travail que j’aime bien ». Enfin, elle aborde les films d’horreur : « Je n’ai jamais fait de films d’horreur mais rien que l’idée de grogner, ça me fait trop kiffer. Par contre je jouerais le monstre, pas la fille qui court en étant terrifiée, moi je suis le truc derrière qui la course en grognant !  » De plus, Catherine ajoute qu’elle est actuellement dans une phase où elle est particulièrement intéressée par le film d’époque, elle aimerait beaucoup tourner en costume et se retrouver dans un autre temps. 
  • Qu’est-ce que la petite fille de dix ans qu’elle était ne croirait pas à propos de sa vie actuelle ? « C’est difficile comme question parce que depuis que je suis enfant, j’ai toujours su que j’allais faire ça de ma vie, j’y ai toujours cru dur comme fer, même quand on me disait que ce n’était qu’un rêve de gosse, que je n’y arriverai pas, qu’il y a dix mille autres personnes comme moi qui travaillent plus que moi… Au fond, j’ai toujours été sûre à 100% que c’était pour moi, et que j’allais y arriver. Mais je peux te dire ce que je dirai à la petite fille de dix ans que j’étais, je lui dirai de ne pas douter, que les moments de doute il faut se les ôter de la tête car de toute façon, c’est sûr que ça fonctionnera. Si l’on m’avait dit ça à l’époque, ça m’aurait évité pas mal de tourments personnels. »
  • Dans dix ans, Catherine ne sait pas où elle sera mais ce qui est certain, c’est qu’elle se voit toujours comme une comédienne, en train de jouer ! 

Ici Tout Commence

  • Comment a-t-elle construit et travaillé le personnage d’Hortense, en liant sa personnalité, son extravagance, son côté sans filtre et sa douceur ? Catherine explique que lorsqu’elle a reçu le script pour le rôle d’Hortense, il était indiqué uniquement « jeune fille solaire et spontanée », et c’est à ce moment qu’elle a compris le travail de construction qu’elle aurait à faire. Elle a donc travaillé pendant des jours à construire et trouver la bonne façon de rendre ce personnage si spécial, d’autant plus qu’elle n’avait pas forcément proposé la même chose au casting donc lorsqu’elle est arrivée le premier jour du tournage, elle était très stressée de montrer à toute l’équipe ce qu’elle avait prévu pour Hortense, « et à ce moment-là, ça passe ou ça casse. Soit ils trouvent ça génial, soit je suis virée. » Elle explique avoir décortiqué tout le texte dans le train, elle a ensuite essayé de lui inventer un passé et un futur fictif afin de bien la comprendre. Et elle a travaillé sur la crédibilité du personnage, notamment dans sa voix, car « il n’y a rien de pire que d’aller dans le burlesque mais qui est tellement burlesque que ce n’est plus juste. Ce personnage est bancal, constamment sur un fil et il ne faut pas tomber d’un côté ou de l’autre, c’est un dosage méticuleux à faire dans les « oh », dans les « ah », dans les grands yeux. Je me suis beaucoup inspirée des comics que j’ai vu quand j’étais petite, pour essayer de comprendre comment ils avaient réussi à rendre crédibles des voix complètement abracadabrantes à la Batman ou à la Harley Quinn dans les dessins animés. » C’est d’ailleurs en faisant ses recherches que Catherine a découvert une interview de Margot Robbie, dans laquelle cette dernière expliquait que le personnage devait avoir une énorme palette d’émotions à disposition dans le but de pouvoir jongler entre, et ainsi rendre crédible sa voix. « Il faut qu’il y ait autant de facettes dans mon personnage qu’un réel être humain peut en avoir, même s’il est un peu perché. Cette voix de temps en temps évolue, selon les moments tristes ou les moments plus sombres et c’est ce qui a été frappant dans l’arche avec Hugues, ça a montré que Hortense est un être humain, avec des sentiments et qui ressent des émotions. » Elle ajoute d’ailleurs que dans le personnage d’Hortense, c’est son côté sans filtre qu’elle préfère. Elle complète : « J’aimerais pouvoir avoir la non-conscience de la conformité pour pouvoir parler comme Hortense parle, c’est-à-dire quand tu vois passer quelque chose et tu le dis juste, sans réfléchir. J’adore ce côté-là. »
  • Que pense-t-elle de l’amitié entre Hortense et Greg, que l’on a pu voir se former ces dernières semaines à l’écran ? Catherine et Mikaël Mittelstadt (Greg Delobel) sont très fiers d’avoir pu rendre cette amitié possible, car lors des premières scènes qu’ils avaient à partager, le script était écrit tel qu’ils avaient juste à parler ensemble, et les deux comédiens ont essayé de créer des regards et des complicités entre eux. C’est d’ailleurs eux qui ont mis en place les surnoms Le Delobel et La Mouche, « ça date de la scène du bicarbonate de soude, quand Eliott demande à Hortense de distraire Greg. On a créé quelque chose avec Mika qui n’était pas écrit et on est d’autant plus contents car la production n’aimait pas trop le surnom de La Mouche, alors que finalement les fans en ont fait un hashtag tellement ils ont aimé ! Le pari est réussi, et grâce à tout ça, les scénaristes nous écrivent plus de scènes ensemble et ça c’est très cool ! » 
  • Y aura-t-il bientôt une nouvelle intrigue pour Hortense ? Catherine explique que dans les deux prochains mois, il n’y aura pas d’intrigue autour de son personnage mais il y aura quelque chose sur Eliott (Nicolas Anselmo) et elle sera forcément très présente dans cette intrigue, ainsi que dans plusieurs petites séquences aux côtés de Mehdi. Cela étant dit, même si elle n’est pas encore tournée, elle pense que l’intrigue autour d’Eliott sera sa préférée, après celle du secret des Delobel, car il y a de très jolies choses qui ont été écrites
  • De manière plus générale, Catherine n’aurait voulu interpréter aucun autre personnage d’Ici tout commence car elle aime vraiment beaucoup Hortense. Elle aimerait toutefois beaucoup avoir plus de scènes avec Benjamin Baroche (Chef Emmanuel Teyssier) car elle s’entend très bien avec lui, et elle aimerait partager avec lui des séquences plus sympas que celles où il y a une relation professeur/élève. Enfin, elle aime beaucoup tourner des séquences dans la cuisine car c’est un lieu où il y a toujours de quoi faire, il y a énormément d’accessoires et il y a toujours quelque chose à faire mine de couper, attraper un ingrédient… 
  • Quel a été son meilleur souvenir de tournage ainsi que la séquence la plus intense à tourner ? La séquence la plus intense a été celle de la séquestration chez Hugues, parce que ça a été une organisation très difficile. En effet, c’est un épisode qui a été tourné complètement dans le désordre, « d’abord la sortie de séquestration, puis le moment de la séduction, puis le début et puis la partie où Hortense est un peu désespérée et amorphe. Donc ce qui a été compliqué, c’est d’avoir la bonne énergie au bon moment. » Concernant son meilleur souvenir, il s’agit du tout premier action qu’elle a entendue sur le plateau. 
  • Peut-elle raconter une anecdote de tournage, hormis celle des choux avec Nicolas ? La première chose qui lui vient en tête est de raconter qu’avec Nicolas, ils sont tous les deux un peu superstitieux. Ils ont inventé un check qu’ils se font avant chacune de leurs scènes, et si par malheur ils oublient de le faire, ils ont tous les deux le sentiment que la scène va mal se dérouler. Elle ajoute également qu’elle est du genre à beaucoup improviser et que la moitié des choses qu’elle dit ne sont pas écrites dans le script. 
  • A-t-elle d’autres projets à part Ici Tout Commence ? Catherine n’a pas d’autres projets pour le moment car le feuilleton lui a pris toute son année dernière, beaucoup d’intrigues étaient axées autour de son personnage donc elle était tous les jours sur le tournage. Cela commence un peu à se décanter donc elle a commencé à passer quelques castings, mais pour l’instant il n’y a rien de concret. Affaire à suivre ! 
  • Quelle a été sa réaction lorsqu’elle a appris qu’elle était prise dans ITC ? L’anecdote est assez cocasse car elle explique qu’au moment où elle a reçu l’appel, elle gardait la fille de son papa, qui est très jeune, et c’était une période où elle ne se sentait pas très bien dans sa vie professionnelle : « Et je suis partie dans une tirade, où je disais à la petite qu’elle devait croire en elle, qu’il fallait qu’elle ait confiance en elle même lorsque personne d’autre ne croirait en elle et c’est là que mon téléphone sonne et que mon agent me dit que je dois vite partir dans le sud car je dois être sur le tournage d’ITC quelques jours plus tard. Et sur le coup, je n’ai pas compris car j’étais en train de dire à la petite de ne pas abandonner ses rêves et c’était un espèce de coup de karma, j’ai reçu ce que j’envoyais. C’était très cool. »

C’est sur cette belle note positive que le meeting de Catherine se termine et que nous la retrouvons quelques minutes plus tard pour un meeting game haut en couleurs et riche en rebondissements. En effet, la comédienne ayant eu des soucis d’ordinateur et de tablette, le jeu a dû être mis en pause pendant une petite vingtaine de minutes ! Comme à leur habitude, l’équipe de Clouds Con s’est une nouvelle fois surpassée pour trouver des questions liées à la cuisine toutes plus tordues les unes que les autres. C’est ainsi que Catherine et ses fans ont dû deviner ce qu’étaient des ramboutans, une turbine à glace ou encore des cannolis. Il leur a également été demandé de trouver la bonne orthographe du mot kumquat, la partie du bœuf qui représente le filet ou encore le nombre de poêlons dont dispose un appareil à raclette traditionnel (spoiler alert : aucun). Les questions liées à la série ont eu plus de succès, lorsqu’il fallait trouver qu’il s’agissait bien de Charlène qui avait inscrite Hortense sur un site d’escorting, que le sugar daddy d’Hortense (et de Charlène) s’appelle Hugues et que Marta n’a jamais été chef du pop up. Le podium est exclusivement composé de fans et Catherine termine en douzième position du jeu, lors duquel l’ambiance était comme toujours très drôle et intimiste. Les participants ont pu échanger avec Catherine sur les réponses aux questions et la jeune femme, tout comme ses fans, étaient ravis de ce moment ! 

Clouds And Chill Catherine, qu’est-ce que nous en pensons ? 

C’est avec une nouvelle invitée inédite que les sessions CAC virtuelles se terminent pour le moment, avant d’enchaîner sur la Clouds And Chill On Stage du 30 octobre prochain en réel ! 

Catherine Davydzenka s’est prêtée au jeu des questions/réponses ainsi qu’à l’activité jeu avec un grand bonheur et une générosité sans égale, partageant anecdotes de tournage et de sa vie en toute transparence, avec beaucoup d’honnêteté et de plaisir. L’ambiance intimiste et appréciable des CAC était une nouvelle fois au rendez-vous. Cela prouve encore que le pari fou que s’est lancé Clouds Con de miser sur le jeune feuilleton français porte ses fruits ! 

Rendez-vous le 30 octobre au Pullman La Défense de Courbevoie pour rencontrer le talentueux Mikaël Mittelstadt, « pour de vrai » lors de la Clouds and Chill On Stage ! Serez-vous présents ? Dites-nous tout sur Twitter !